edito

Chaque année, au moment du bouclage de ce programme, notre impatience chevauche une courbe ascendante ; la hâte nous tient. L’an dernier, elle culminait, évidemment. Jamais nous n’avions été à ce point pressés de franchir d’un bond les semaines nous séparant des portes de notre fiesta rituelle. Le nuage d’incertitude n’a fini de se dissiper que pour révéler dans sa cruelle netteté le scénario tant redouté : celui de l’annulation pure et simple.

Si vous lisez ceci, c’est que ce scénario ne se sera pas reproduit à l’identique. 

Voilà au moins une occasion de se réjouir, sans pour autant feindre la cécité ou l’ignorance, sans oublier celles et ceux que la crise sanitaire aura durement meurtris. 

Ce qui n’aura pas changé, c’est notre refus du repli identitaire ou communautariste, et notre attachement aux valeurs constituantes de ce festival et de sa philosophie.

Nous continuerons plus que jamais de croire en l’empathie prônée par Flavia Coelho ; aux justes combats livrés par Fatoumata Diawara. 

« La musique sauve » affirme celle-ci. Et si l’on mesure toute la portée allégorique d’une telle assertion, comment ne pas avoir envie d’y croire ? 

La musique elle aussi se diffuse, se propage. Il faut la laisser circuler, parce qu’elle est, sans l’ombre d’un doute, une création de l’esprit humain qui n’a d’autre raison d’être que le bien et le réconfort de tous. 

Elle est toujours là, avec nous ; elle est un besoin vital, comme l’ont magistralement démontré l’an passé les généreux artistes des balcons, avec leurs notes légères, porteuses de courage. 

À l’instar de la danse, sa sœur siamoise, la musique est une affaire de rites, et les rites ont été inventés par l’humanité à son aube pour se reconnaître en tant que telle, s’accepter, se forger un destin collectif, en laissant s’exprimer toute la gamme d’émotions propres aux créatures bipèdes que nous sommes.  

« Une musique qui n’est pas du monde, d’où est-elle alors ? », questionne le Brésilien Lucas Santtana. 

Parce qu’elles se sont épanouies pour la plupart sous un soleil ardent, celles que nous invitons à résonner année après année sur les bords de notre Méditerranée seraient-elles donc condamnées à l’expression d’une joie frivole et sans nuances, avec l’obligation exclusive de satisfaire les désirs occidentaux d’exotisme ? 

Ces clichés caricaturaux, qui tendent heureusement à disparaître, voilà bien des lustres que nous cherchons à leur tordre gentiment le cou. Et si nous ne le faisions pas nous-mêmes, les artistes que nous invitons s’en chargeraient, avec toute la dignité de ceux qui ont inventé le blues, le flamenco, la saudade, la bossa nova, et qui savent bien que chanter et danser constituent souvent des remèdes que l’âme réclame.

« Même si les temps sont obscurs, ils passeront, car tout est cyclique. » explique encore Lucas Santtana pour justifier le titre de son dernier album, qui peut se traduire par « le ciel est vieux depuis longtemps ». 

Alors oui, c’est sous ce vieux ciel, au bord de cette vieille mer, que nous danserons à nouveau cette année, pour célébrer notre vieille humanité, se laisser aller à la joie toute neuve des retrouvailles, clamer que l’espoir est un devoir exigeant et collectif et que la musique est son meilleur allié.

Comme à l’accoutumée, nous nous retrouverons d’abord dans différentes communes et différents lieux de Sète pour des soirées gratuites du 23 au 30 juillet, avant de rejoindre les gradins du Théâtre de la Mer et son incomparable fond de scène liquide pour sept soirées thématiques qui mettront à l’honneur le Brésil, le Congo, le Mali, les territoires du blues et ceux de la musique orientale, sans oublier l’incontournable soirée cubaine qui lancera cette année les festivités. 

Nous goûterons à nouveau au plaisir toujours réinventé de la fête et des émotions partagées en ouvrant les bras aussi largement qu’il est possible à tous les ailleurs, tous les grooves, toutes les différences, dans un esprit de fidélité à nos principes : curiosité, éclectisme, exigence...

Rejoignez-nous pour écouter le monde se raconter par la voix de ses artistes les plus talentueux, les plus aventureux, celles et ceux qui esquissent chaque jour un futur passionnant et inspirant !

 

L'équipe de Fiest'A Sète





 

 

Inscription newsletter

Playlist 2021