REPORT 

la quinzaine du film noir est reportée 

du 1er au 12 septembre 2020.

_____________________________________________________________________________________________________________________________

 

QUINZAINE DU FILM NOIR

Médiathèque François Mitterrand - Boulevard Danielle Casanova, 34200 Sète

En partenariat avec les médiathèques de Sète Agglopôle Méditerranée

Entrée libre pour toutes les séances des médiathèques et La Passerelle, dans la limite des places disponibles.
Cinéma Comoedia : 7 € (normal) / 5,50 € (réduit) / cartes d’abonnement Comoedia acceptées.


Le film noir nait en 1944. Cette année-là sortent sur les écrans américains quatre films fondateurs d’un genre nouveau que la critique cinématographique française baptise un peu plus tard du qualificatif “noir” : Assurance sur la mort de Billy Wilder, Laura d’Otto Preminger, Les mains qui tuent (Phantom Lady) de Robert Siodmak et La femme au portrait de Fritz Lang.


Ce sont les oeuvres de quatre cinéastes européens réfugiés pour cause de nazisme. Avec eux une partie de l’héritage esthétique du cinéma allemand gagne les USA. Leur réussite correspond aussi à l’apogée des studios hollywoodiens avec leurs capacités productrices et techniques poussées à la perfection notamment dans le domaine de la photographie noir et blanc. Enfin voit le jour l’alliance prolifique entre l’industrie cinématographique américaine et la nouvelle littérature policière née dans les années 1920-1930 avec D. Hammet, W.R. Burnett, J.M. Cain, R. Chandler, H. Mac Coy et bien d’autres.


De 1944 à 1955 les chefs d’oeuvre se succèdent en renouvelant constamment le genre. C’est cette “décade prodigieuse” que le cycle proposé à la médiathèque entend mettre en valeur.

Télécharger le programme complet

------

FILMS

Chaque séance fera l'objet d'une présentation suivie d'un questions-réponses animé par José Bel, Bernard Peschot, Franck Tenaille.

PROJECTIONS MEDIATHEQUE FRANCOIS MITTERRAND, Bd Danièle Casanova - Sète

Mardi 17 mars . 18h
Assurance sur la mort - Billy Wilder - (USA, 1944)
C’est en 1944 un des premiers chefs d’oeuvre du genre. Sont ici associés un cinéaste de talent, un scénario adapté d’un roman de James M. Cain et un dialoguiste hors pair Raymond Chandler. Chez Wilder l’humour et la noirceur ne sont jamais éloignés : avec les thèmes infréquentables de l’adultère et du crime matrimonial, il règle ses comptes avec une Amérique pudibonde.

Mercredi 18 mars . 18h
Laura - Otto Preminger - (USA, 1944)

Dès le début, une voix introduit au pouvoir d’envoutement du film : “Je n’oublierai jamais le week-end qui suivit la mort de Laura. ”Preminger“ montre, suggère, éclaire et contourne des secrets et des ombres”. (P. Brion). Il signe ici un film noir déroutant à travers un univers équivoque de désir et de cruauté.

Jeudi 19 mars . 15h30
Le facteur sonne toujours deux fois - Tay Garnett - (USA, 1946)

C’est la troisième adaptation au cinéma du roman de James M.Cain. John Garfield en héros déchu et Lana Turner en femme fatale y forment un des couples maudits les plus réussis du cinéma. L’actrice était réticente à incarner une héroïne “totalement mauvaise”. Mais son interprétation est restée dans la mémoire, “une sainte trompeuse vêtue de blanc”. (M. Landrot)

Vendredi 20 mars  . 18h
Le grand sommeil - Howard Hawks - (USA, 1946)

Un générique modèle : un roman de Raymond Chandler, un scénario où William Faulkner a mis sa griffe, un couple de légende, Humphrey Bogart et Lauren Bacall. Et un metteur en scène de premier plan qui s’avouera gêné par la complexité de l’intrigue : “noir sur noir” pour lui comme pour le spectateur.

Samedi 21 mars . 18h
La dame de Shangaï - Orson Welles - (USA, 1947)

Film maudit de Welles ? Sa sortie en 1947 se solda par un échec. Le cinéaste lui-même en conflit avec la production fut le plus grand détracteur du film. Curieusement tout cela est oublié. On retient aujourd’hui à travers le classique triangle (la femme, le mari, l’amant) “un exercice d’érotisme et d’ambiguïté” très poussé pour l’époque et pour les cinéphiles quelques scènes cultes où se retrouve la virtuosité du maitre.

Mardi 24 mars . 18h
Quand la ville dort - John Huston -  (USA, 1950)

Au-delà d’une intrigue classique - le casse d’une bijouterie - ce sont surtout à des destins que John Huston s’attache. Remarquablement adapté d’un roman de W.R. Burnett, le film approfondit la personnalité de héros pris au piège d’un univers urbain sombre où le crime et la loi cohabitent.

Mercredi 25 mars  . 18h
Règlement de comptes - Fritz Lang - (USA, 1953)

Adapté d’un roman de W.P. Mac Givern, ce film valorise ouvertement la violence, y compris à travers le comportement de son héros, le policier envouté par son désir de vengeance, “l’homme éternel qui se dresse lorsque les institutions sont inefficaces” (Lang). Le réalisateur y reste fidèle à son style au tempo sec.

Vendredi 27 mars  . 18h
L'ultime razzia - Stanley Kubrick - (USA, 1956)

C’est la troisième réalisation d’un jeune cinéaste de 28 ans. Kubrick renoue avec la veine classique du film noir : héros déchus, malfrats, policiers corrompus, femmes à la dérive... Le rythme implacable de la mise en scène “à la Kubrick” est déjà sensible. C’est le grand auteur de polars Jim Thompson qui a signé les dialogues.

Samedi 28 mars  . 16h
Traquenard - Nicolas Ray - (USA, 1958)

C’est à travers sa dernière œuvre hollywoodienne un hommage au film de gangsters et au film musical. Cette œuvre baroque et flamboyante réalise le tour de force d’un film noir en couleurs. Le cinéaste revient ici à un thème qui lui est cher, l’histoire d’un couple “marqué par la vie et qui essaie de se racheter” (N. Ray).

PROJECTION CINEMA COMOEDIA, 6 rue du 8 mai - Sète
Tarif normal 7€, réduit : 5,50€, cartes d'abonnement comoedia acceptées.

Lundi 23 mars . 20h30
Les tueurs - Robert Aldrich - (USA, 1946)

Une nouvelle d’Hemingway, la collaboration officieuse de John Huston et de Richard Brooks, un producteur exigeant “un film coup de poing”, un couple de légende Ava Gardner et Burt Lancaster, voilà un cocktail explosif réalisé par un des plus méconnus des exilés germaniques. Siodmak signe ici une œuvre où ce n’est pas la nuit qui est synonyme de noirceur.

PROJECTION  A LA PASSERELLE, 503 Bd Pierre Mendès France - Sète
Entrée libre

Jeudi 26 mars . 18h
En quatrième vitesse - Robert Aldrich - (USA, 1955)

À partir d’un polar de série sans grande valeur littéraire, Aldrich réalise un film noir d’une évidente virtuosité. On y retrouve tous les ingrédients des classiques des années 40 : une atmosphère glauque, des truands, et le privé solitaire. Dès la séquence d’ouverture, le spectateur est happé. Il est tenu en haleine jusqu’au final apocalyptique.

------

CONFERENCES

MEDIATHEQUE FRANCOIS MITTERRAND , SETE
Entrée libre
Mardi 17 mars . 18h
Naissance du film noir. Par Bernard Peschot

Le cinéma américain a d’abord créé le film de gangsters, reflet des années 30. Dix ans plus tard, le film noir explose sur les écrans. Pourquoi cette naissance dans un mondeen guerre ? Les conditions d’émergence de ce nouveau genre mettent en valeur le rôle essentiel des européens d’Hollywood.

Samedi 21 mars . 16h
Polar et film noir. Par Bernard Peschot

Les liens entre la Série Noire des romans et le genre noir cinématographique ont irrigué le cinéma hollywoodien puis mondial. Des cinéastes français l’ont adapté (F. Truffaut) ou adopté (J.P. Melville). Quels sont les univers communs à cette littérature et à ces films ?

------


CONFERENCES

MEDIATHEQUE FRANCOIS MITTERRAND , SETE
Du 17 au 28 mars 
Entrée libre
Les couvertures illustrées des polars américains publiés en France annoncent la couleur. Tous les ingrédients de la mythologie du film noir s’y retrouvent : privés, truands, femmes fatales, violence, érotisme... Une exposition mettra en valeur l’identité visuelle commune de cette littérature : non seulement des poncifs mais aussi des thématiques récurrentes.

 

Inscription newsletter

Playlist 2019